Grande muraille à Mutianyu – Photos

A l’arrivée à Mutianyu, on arrive dans une zone où d’innombrables marchands tentent de nous refourguer leur marchandise. Refusez ou négociez les prix 2 à 3 fois moins cher que leur première offre.

 

Puis nous nous dirigerons vers la muraille de Chine. Pour entrer dans le parc de la muraille, il vous faudra payer 45¥ (5,40€) l’entrée. Si vous voulez monter en télésiège (et éventuellement redescendre en toboggan), il faudra rajouter 80¥ (9,50€ supplémentaire). Si j’avais été seul, j’aurai préféré monter à pied jusqu’à la grande muraille. Moins cher, et j’aime bien marcher. Mais étant en groupe. Bref, 5 minutes plus tard, on atteint la muraille.

Place aux… photos

Inscriptions sur une tour… Il y a beaucoup de français sur cette muraille. J’en ai entendu une bonne dizaine ce jour là. Il y a même des bordelais…

Une fortification. Servant aux gardes de lieu d’habitat et permettant en cas d’attaque de lancer des signaux de fumée pour prévenir les soldats situés un peu plus loin.

La grande muraille de Chine épouse parfaitement la ligne des crêtes pour des raisons militaires évidentes. Du coup, la muraille peut être très pentue comme le montre ces marches – environ 50/60° d’inclinaison. Du coup, on monte en redoublant de prudence et, n’ayant aucun rampe sur laquelle se tenir, je redescendrai quasiment à 4 pattes pour ne pas tomber ou le cas échéant, tomber du bon côté.

Ce qui est bien de visiter la muraille en avril, c’est qu’il fait ni trop chaud, ni trop froid. Il faisait 25°C à Beijing lors de ma visite, donc environ 20°C sur les murailles. Malgré le vent, le beau soleil faisait qu’on n’avait pas froid. Et avec les arbres en fleurs, c’est plutôt sympa. Alors qu’en été avec le cagnard et l’humidité ou l’hiver (-20°C) c’est sans doute bien moins plaisant.

Au bout de 30 minutes de marche, c’est la fin du tronçon autorisé

Je décide de continuer et vois que c’est largement praticable au-delà du panneau. D’ailleurs, à la tour de gué plus loin, il y a un bon paquet de touristes qui y sont. Nous continuons dans une grande muraille qui ne fut pas réhabilitée. Très intéressant.

Intéressant. Même sur une muraille surélevée et faite en pierre, la nature a vite repris ses droits…

Bon évidemment, il faut être prudent car cette partie n’étant pas réhabilitée, il n’y a pas de mur garde fou…

A certains endroits, la grande muraille est si peu haute et a des éboulis qu’on peut descendre de la muraille et y remonter. Je me dis qu’en prenant des sentiers dans la nature et en montant par ces chemins, on peut visiter la muraille gratuitement.

A noter : la muraille est conçue pour être plus haute du côté extérieur (ennemi) qu’intérieur. Cette photo fut prise du côté Chine. Du côté Mongolie, la muraille faisait bien 10 mètres de haut…

Avec les montagnes, les arbres en fleur et un temps magnifique, la visite de la muraille est un vrai régal. Puis nous rebroussons chemin

Ca y est, la promenade est terminée. On attend notre tour pour redescendre jusqu’en bas en luge d’été. Voici quelques photos que j’avais prises depuis le télésiège.

Après 20 minutes d’attente, c’est notre tour. Seul problème : les Chinois sont particulièrement lents en général. Dans le métro en général, les gens marchent au rythme des touristes. A la via ferrata, après le premier parcours d’essai, on attendait péniblement derrière un groupe de Chinois. Ici c’est pareil.

Après quelques minutes de descente en pure folie – avec parfois des Chinois qui étaient sur le chemin et me demandaient de ralentir – on arrive rapidement bloqué derrière un bouchon de Chinois… Dommage que ce ne soit pas comme à la Schlucht avec deux pistes dont une pour les débutants mais bon. En tout cas, cela reste bien sympa.

Et puis, après l’effort, le réconfort. Direction un petit resto Chinois où on mangera à 5 pour 160¥ (19 euros à 5), thé vert compris.

Les couverts sont emballés, pour garantir une bonne hygiène aux clients.

La table, comme dans la plupart des restaurants Chinois, est tournante. Chaque personne commande un plat, et la table en verre tourne. Chacun peut donc se servir de ce qu’il aime dans un petite assiette et essayer les différents plats présents sur la table. Il faut dire que la nourriture est très importante pour les Chinois. http://www.restaurant-chinois.com/dossier-l-importance-du-repas-chinois-30,3,1.html

Sympa en tout cas 🙂

Un mini-wok. Un combustible solide brûle, permettant de maintenir la viande et les légumes marinant dans une sorte de soupe à haute température durant toute la durée du repas. Malin.

Voila, cet article est désormais terminé. J’espère qu’il vous a plu et bonne journée à vous 🙂

You can leave a response, or trackback from your own site.

8 Responses to “Grande muraille à Mutianyu – Photos”

  1. BandYou dit :

    Chang Cheng est magnifique. Je rêve de la visiter un jour. Très sympathique et surprenante la petite visite légèrement fermée au public hors des sentiers battus.

    Sinon, j’ai été désagréablement surpris par la photo des inscriptions sur l’une des tours. C’était spécialement autorisé pour celle-ci ? Personnellement, je trouve que ça dénature le site et que c’est totalement irrespectueux. Après… si cela fait partie des traditions… alors pourquoi pas. Mais sinon je trouve ça très limite (et en plus je suis Bordelais).

    En tout cas, merci pour ces belles photos 🙂 .

  2. martin dit :

    BandYou: Merci à toi pour tes commentaires 🙂 Et en effet, la visite dans la zone interdite était très sympa, limite plus que la partie officielle. Un conseil sinon: si tu visites la muraille, évite Badalin, c’est trop blindé de monde…

    Pour les inscriptions, je n’en ai aucune idée… A bientôt et ravi que tu aie apprécié les photos 🙂

  3. Fabrice dit :

    Super ce reportage photo, Martin (comme toujours devrais-je dire).

    Avec toute cette végétation en fleur, c’est vraiment magnifique et cela donne envie.

    Est-ce que tu sais s’il y a des trek organisés sur plusieurs jours pour suivre des morceaux de muraille sur 50-60 km ?

    Sinon j’ai trouvé l’idée de la descente en luge excellent.
    Vu comme je suis casse-cou, si un jour je peux faire cette descente, je finis directement dans la salle de restaurant à l’arrivée… 🙂

    Ps : l’anecdote sur les 10 millions d’ouvriers morts pour sa construction (que tu cites dans l’autre article) fait froid dans le dos. Même rapporté sur plusieurs siècles je trouve ce chiffre hallucinant.

  4. martin dit :

    Bonjour Fabrice

    Merci à toi 🙂 Voir la végétation en fleur fut l’une des raisons pour laquelle j’ai attendu pour voir la muraille plutôt qu’y aller en janvier ou en février et geler sur place.

    Pour les treks, je ne sais pas trop mais il me semble que oui, notamment du côté de Simatai, je peux me renseigner si tu veux 🙂

    Pour la luge, vu la lenteur des Chinois, tu seras bloqué dans ta progression bien avant la fin du truc… Moi aussi je suis un peu casse-cou et du coup, je ralentissais en milieu de parcours pour laisser de l’avance aux types devant et me faire enfin plaisir 🙂

    Pour les morts, effectivement, la grande muraille fut un vrai carnage, car à l’époque, pas de congés payés ou de comité d’entreprise pour les ouvriers. La cité interdite quant à elle n’avait requis le travail « que » de 200 000 à 1 000 000 d’ouvriers selon les sources…

    La Chine a toujours été un pays aux ouvrages impressionnants, de la muraille de Chine au barrage des 3 gorges. D’ailleurs, les Chinois avaient commencé il y a plus de 2 000 ans à construire (à l’époque, à la main), un canal long de 2 000 kilomètres… Encore aujourd’hui, il s’agit de la plus grande rivière artificielle du monde:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_Canal_(Chine)

  5. Fabrice dit :

    Je t’avoue que quand je vois tous ces beaux paysages cela me donne vraiment envie de ressortir mes chaussures de trek et de repartir en ballade.

    Pour l’instant j’ai déjà pas mal de voyages programmés (au moins jusqu’en 2014) mais je me garde cette idée sous le coude.

  6. martin dit :

    Tu comptes voyager où jusqu’en 2014?

    A bientôt 🙂

    Martin

  7. Fabrice dit :

    Je prévois d’aller à l’île Maurice cette année, en Thaïlande l’année prochaine et dans l’est des états-unis/Québec en 2014.
    Et au milieu de tout cela j’irai probablement aux Emirats Arabes Unis voir un ami.

    Et toi, après la Chine, quels sont tes futures destinations ?

  8. martin dit :

    Bonjour Fabrice

    OK tu me diras si c’est bien Maurice? Quand aux Emirats, ca me tente pas trop dans l’absolu, mais n’hésite pas à me dire ce que tu en penses.

    De mon côté, je ne sais pas trop. Pour le moment, je résorbe mon découvert, ce qui sera fait d’ici quelques semaines. Après, ou irais-je? Cela dépend si je renouvelle mon visa ou rentre en France, et de mes budgets. Idéalement, j’amerais passer mon niveau 1 et 2 de plongée, peut-être en Thaïlande (j’avais adoré Ko Phi phi) ou en Malaisie, enfin un truc pas trop cher ni trop loin de la Chine, ou un road trip au Viet Nam. si je rentre en France, ce sera l’Egypte (pas en été, trop de cagnard) et la Corse. Sans doute l’Europe de l’Est si j’ai du temps, notamment la Turquie. Voir Istanbul, ca doit être magnifique 🙂

    A bientôt 🙂

    Martin

Postez un commentaire