Immobilier à Beijing

L’immobilier est horriblement cher à Beijing.  J’ai beau me dire que de nombreux Beijinois vivent très loin du centre-ville, dans des appartements aux normes Chinoises ou entassés dans des colocations trop nombreuses, cela me laisse pantois.

Exemple

Le concept de studio de 20 ou 30m² semble ne pas exister à Beijing. Dans mon quartier (Chaoyangmen…), les studios les plus petits font 40m² et il faut compter généralement 4000 à 5000¥ par mois (485 à 606€) pour avoir un studio correct (pas trop loin d’un métro). Sinon pour trouver des loyers de 3 000, il faut soit trouver une colocation, soit habiter loin du centre-ville.

Payer 5 mois d’un coup

A Beijing, il faut au minimum payer 3 mois de loyer d’avance (parfois 6, cela dépend des bailleurs). Ajoutons 1 mois de caution et éventuellement 1 mois de frais d’agence (si on passe par une agence), pour se loger à Beijing en studio, il faut donc disposer sur soit de 4 à 8 mois de loyer d’avance. Il faut donc avoir au minimum 16 000 à 20 000 yuans (1 900 à 2 400 euros) pour se loger. C’est pour cela qu’on s’était rabattu sur la colocation, moins chère (4*2 600 yuans payés à notre arrivée)

Pour vous rendre compte des prix :

–  Un employé non-qualifié gagne environ 2 000 à 3 000 yuans par mois –  Le salaire moyen à Beijing est de 5 000 yuans par mois   Pour vous rendre compte du prix hallucinant des loyers à Paris comparé au salaire moyen, c’est un peu comme si en France, il fallait disposer de 6 400 à 8 000 euros d’économies pour avoir le droit de pouvoir s’installer dans un studio, puis payer l’équivalent (par rapport aux salaires Chinois) de 1 600 à 2 000 euros de loyer mensuel pour un studio (ou dans notre cas, 1 000 euros pour une chambre en colocation)

Enorme non ?

Cet article est désormais terminé. Vous cherchez un appartement à Beijing? Découvrez les 8 meilleurs quartiers pour vivre en tant qu’expatrié dans mon livre « Partir à Beijing: mode d’emploi« .

En savoir plus sur mon livre

You can leave a response, or trackback from your own site.

8 Responses to “Immobilier à Beijing”

  1. Fabrice dit :

    Il y a 2 ans environ j’ai lu un article dans une revue éco qui disait que la Chine était en train de créer une bulle immobilière comme on n’en avait jamais vu dans aucun autre pays jusqu’à présent (USA compris).
    Cela m’avait marqué car le journaliste citait des exemples de revenus/loyers similaires aux tiens.

    Je vois que le problème est toujours d’actualité.

  2. martin dit :

    Bulle: sans doute vu que les gouvernements locaux tirent beaucoup de revenus de la vente de terrains. 15 milliards (euros ou dollars? Oublie) par an rien qu’a pekin (idem a shanghai) pour le gouvernement, environ 50% en moyenne dans les differentes provinces chinoises. Quand il faut 5 ans de salaire en france pour acheter, il en faut 15 a pekin. Apres, la demande est la: epargne enorme des chinois, salaires en forte hausse (plus 20% par an), enfant unique (plusieures generations peuvent aider 1 ou 2 enfants) font que les chinois empruntent au final bien moins que les francais pour acheter…

    Il y sans doute bulle mais jusque ou? A Hong Kong d ou je reviens, le m2 vaut environ 15 a 25 000 euros du m2. Un studio de 20 m2 se loue plus de 1000 euross par mois…

  3. Fabrice dit :

    Merci pour ces précisions, Martin.
    Je ne savais pas que l’État et les régions étaient dans une logique de cession de terrain.

    Si je comprends, pour s’enrichir en ce moment en Chine, il faut être agent immobilier ou promoteur.
    Ils doivent se gaver avec tous les dessous de table, les commissions en tout genre.

    Sinon, est-ce que tu vas nous faire un compte rendu de ton trip à Hong Kong ?

  4. martin dit :

    Bonjour Fabrice

    Tout est compliqué en Chine, mais pour ce que j’ai compris, à la base, l’Etat possédait toutes les Terres. L’Etat tolérait que les gens installés de longue date sur des terres (fermiers, maisons…) puissent continuer sans rien payer.

    Mais depuis peu, avec l’industrialisation, le prix des terres surtout en milieu urbain explose et les besoins financiers augmentent aussi. Dans ce cas, c’est assez simple:

    – On vire les gens des hutongs (habitats traditionnels) plus ou moins manu militari en les indemnisant plus ou moins mal pour leur expropriation (ce qui a vaut de nombreuses protestations comme au village de Wukan)

    – L’Etat vend le terrain à un prix très élevé à un promoteur immobilier
    – Le promoteur fabrique une belle tour haut de gamme qu’il revend encore plus cher aux habitants et aux centres commerciaux

    Le problème, c’est que cela entraîne une bulle. De nombreux immeubles sont vides dans des villes secondaires. Certains disent que ce n’est que temporaire car 200 millions de villageois rejoindront les villes ces prochaines années mais qui sait.

    Pour le reste, les agents immobiliers se gavent… Mais l’Etat veille au grain: les prix augmentent de 10-15% par an (comme en France ces 15 dernières années finalement) et l’Etat commence à limiter le crédit dans certaines villes. Du genre:

    « Obligation d’avoir un apport initial », « Interdiction d’acheter un logement dans une ville autre que sa ville de résidence »… Car une explosion de la bulle ferait très très mal en Chine.

    Un peu comme les voitures à Beijing: « interdiction de rouler un jour par semaine, taxe énorme à l’achat d’une voiture (5 000 ou 10 000 euros je crois, à vérifier), et système de loterie et de quotas pour les acheteurs »…

    Quant à Hong Kong, l’élite de Beijing, Shanghai et autre achètent des pieds à Terre à Hong Kong, sorte de monaco local. Les prix explosent. j’ai lu qu’un appartement hyper haut de gamme avec vue sur la mer est parti pour 60 000 euros du m²…

    Quand au compte rendu, c’est prévu… J’ai eu pas mal de boulot depuis hier, mais je commencer à trier les photos et à rédiger 🙂

    A bientôt et merci à toi Fabrice

  5. Fabrice dit :

    Ce qui m’impressionne par rapport à ce que tu ecris, c’est de la puissance de l’état chinois.

    Ce sont vraiment les maîtres du jeu dans tous les domaines.
    Immobilier, transport, mouvement migratoire, famille. Tout est géré directement apparemment.

    C’est la ou tu te rends compte à quel point nos mondes sont différents.
    Dans les pays occidentaux il y a quand meme beaucoup de contre pouvoirs : presse, associations, syndicats, lobbying.
    Je ne sais pas si c’est mieux, mais en tout cas c’est notre quotidien 🙂

    • martin dit :

      @Fabrice:

      L’Etat Chinois possède près de 4 000 milliards de dollars. Il pourrait racheter 3 fois la totalité des actions du CAC40 s’il le voulait… C’est l’Etat le plus créditeur de la planète…

      Même si l’économie n’est pas si communiste que ça – il y a peu de loi sociales par exemple – l’Etat contrôle une partie des domaines stratégiques…

      Pour l’immobilier, l’Etat possède les Terres… Pour le transport, disons que Pékin est avec Mexico la pire ville du monde pour les embouteillages (bonjour la pollution), d’où des subventions énormes pour le métro (25 centimes) et les bus (5 centimes le ticket) et des taxes énormes pour limiter les voitures.

      Mais bon, ca marche plus ou moins bien… Les riches achètent deux voitures pour pouvoir circuler tous les jours (2 numéro d’immatriculation différente)

      Quant à la démographie, l’idée de devoir gérer 200 millions de migrants arrivant dans les villes ces 10/20 prochaines années ne doit pas être facile à imaginer… D’où le hukou (dont l’efficacité demeure limitée. La ville de Shenzhen accueille 8 millions de résidents sans hukou) pour empêcher les familles de migrer en nombre…

      Quant à l’enfant unique, apparemment, cela a tendance à se relacher, car cette politique conduira a un vieillissement accéléré de la population…

      Pour ton dernier point, disons qu’on est tout de même assez gâte par l’Etat en France, il y a des contrepouvoirs à la loi du plus fort…

  6. Je pense qu’il ya vraiment 2 Chine: celle que tu vois et que vivent les étrangers et celle des locaux car c’est vrai que les prix sont hallucinants par rapport aux salaires.

    • martin dit :

      David:

      Le PIB par habitant en Chine est de 8 400 dollars, 24% du niveau Français. Avec 10% de croissance par an, dans 15 ans, ils auront rejoint le niveau Français.

      A Pékin, plus riche, le PIB par habitant est 50% plus élevé que le reste de la Chine.

      Il y a donc un peu de retard mais l’argent est là à Pékin… Au quartier d’affaire, je regardai les voitures… Audi, Audi, Audi… Mais la pauvreté aussi (la Chine est un pays très inégalitaire).

      Il y a donc la Chine des Starbucks ou des shopping mall aux sols faits de marbre, très fréquentés des étrangers et des nouveaux riches (jeunes cadre dynamiques et classe moyenne des Chinois) car il faut le savoir, les Chinois aiment frimer et étaler leur argent. Comme un agent immobilier qui me disait avoir dépensé un mois de salaire pour s’acheter le dernier iPhone 4 (tout le monde a un iPhone dans le métro de Pékin)…

      A l’inverse, il y a la deuxième Chine. Les vendeurs des marchés au visage ridé par le temps ou le travail physique. Les vendeurs de rue qui vendent leurs produits pour pas grand chose (comme mon double de clé: j’ai payé 25 centimes). Ou encore les mingongs. Ces paysans sans terre n’ayant pas le droit légalement d’habiter en ville (hukou) et qui se font exploiter pour les pires boulots (construction…) pour une bouchée de pain…

      Ces Chinois; on ne les voit pas car ils habitent loin du centre-ville ou dans des sous-sols sans fenêtres. Et ils ne vont pas faire du shopping (pas d’argent pour cela)

      A bientôt 🙂

      Martin

Postez un commentaire