Développement durable en Chine : 7 choses que vous ignorez

Au cours des dix dernières années, le PIB Chinois a été multiplié par 4, permettant à des centaines de millions de Chinois d’améliorer leur niveau de vie, et de faire de la Chine un grand de ce monde. La Chine a également connu des revers : explosion des inégalités sociales et de la pollution. En 2012, un Chinois pollue désormais autant qu’un Européen, alors même que le niveau de vie en Chine n’atteint qu’1/3 de celui en Europe (PIB par habitant : 9 000 dollars en Chine, 31 000 en UE). En cause :

– L’industrialisation à marche forcée

– Les normes antipollution, assez faibles

– Le recours massif au charbon, une énergie disponible localement et à faible coût, mais très polluante

Pour autant, loin des clichés qu’on s’en fait, la Chine avance très vite dans le domaine du développement durable, comme vous pouvez le voir dans cet article.

1/ 100 millions de véhicules électriques

Les voitures coûtent le même prix qu’en France alors que le salaire moyen en Chine est de 300 euros par mois. Bilan : si les ventes de voitures explosent, beaucoup de ceux et de celles qui n’ont pas les moyens se rabattent sur des véhicules électriques (scooters). 100 millions de véhicules électriques circulent en Chine soit 40% des véhicules en circulation en Chine. En savoir plus

2/ Normes antipollution

Pour autant, la pollution est vive dans les grandes villes. 6 millions de voitures circulent à Beijing, et 5 boulevards périphériques ne suffisent pas à désengorger le trafic. La Chine est en train de se doter de normes anti-pollution : les voitures devront consommer moins de 6,9 l/100 km en 2015, c’est nettement mieux que les normes américaines et cela se rapproche des standards Européens. En savoir plus

3/ Restrictions sur les voitures

Malgré les scooters électriques et les normes antipollution, les grandes villes comme Beijing sont très embouteillées et polluées. De plus en plus de villes Chinoises mettent en place des solutions multiples. Voici la première solution : la restriction du nombre de voitures.

– Beijing : Quotas de ventes de voitures. Pour acheter une voiture, il faut gagner le droit de disposer d’une plaque d’immatriculation (1 chance sur 11 de gagner). Par la suite, il est interdit de rouler un jour par semaine avec sa voiture.

Shanghai : Les plaques d’immatriculation sont vendues aux enchères. Comptez 8 000 euros la plaque (même si vous achetez une voiture d’occasion)

Guangzhou : Pour acheter une voiture, il faudra à la fois avoir de la chance (gagner la loterie) et avoir de l’argent (plaques d’immatriculations vendues aux enchères)

3/ Le métro

Restreindre le nombre de voitures, c’est bien, encore faut-il proposer une alternative. Des lignes de métro sont construits partout. Beijing a vu 4 nouvelles lignes en 2011, 4 nouvelles en 2012. Son métro est le plus long du monde. Mais ce n’est pas suffisant – la population de la ville augmente de 1 million par an, et de nombreuses zones restent encore mal couvertes…  Le métro continue de grandir et devrait passer de 440 km en 2012 à plus de 1 000 km en 8 ans.

A Shanghai, idem. Et même dans  des villes plus petites, comme à Xi’An, des projets géants existent. A Xi’An (ville de 6 millions d’habitants om se situe à proximité l’armée en terre cuite), 200 km de lignes (l’équivalent du réseau Parisien) sera construit en moins de 10 ans.

4/ Les lignes à grande vitesse à gogo

Les salaires augmentent de 20% par an en Chine, et la classe moyenne est avide de voyage. Le nombre de Chinois partant à l’étranger augmente de 15% par an (70 millions en 2011). Conséquence : le secteur aérien explose. Beijing est en train de construire le plus grand aéroport du monde, 2 à 3 fois plus grand que Roissy par exemple. Pas top niveau développement durable.

Mais la Chine investit également massivement dans les trains rapides : 80 milliards de dollars par an. Alors qu’il y a 5 ans, il n’y avait aucun train rapide, le réseau Chinois est le plus long du monde, et le TGV se fait à l’échelle d’un pays-continent. 8 heures à peine sont désormais nécessaire pour traverser la Chine du Nord (Beijing) au Sud (Guangzhou) 

5/ Un avion 20% moins gourmand en kérosène

Pour autant, le train rapide a du mal à concurrencer l’avion sur les longues distances… Le trafic aérien explose en Chine, et la Chine importe des milliards d’euros d’avions chaque année, ce qui contribue à diminuer l’excédent commercial de la Chine.

Pour cette raison, le gouvernement Chinois a décidé de monter son industrie aéronautique pour concurrencer Airbus et Boeing. En 2014 sortira le Comac C919, afin d’alimenter son marché intérieur. Cet avion consommera 15 à 20% de carburant de moins que les avions les plus performants actuellement disponible sur le marché, car construit en matériaux composites et bénéficiant des dernières technologies de réacteurs disponible (Leap X)

6/ Explosion des énergies renouvelables

L’électricité en Chine repose principalement sur le charbon : 75% de l’électricité est produite ainsi en 2012. La Chine est le premier utilisateur mondial de charbon, ce qui pose de graves problèmes de pollution. Pour remédier à ce problème, les énergies renouvelables explosent en Chine. Alors même que la consommation électrique augmente de 10% par an, la part de l’électricité au charbon ne cesse de diminuer.

La Chine investit massivement dans les énergies renouvelables :

– En 10 ans, elle a multiplié par 150 la puissance installée en éoliennes. Désormais la Chine investit  désormais 2 fois plus que les Etats-Unis (n°2 mondial), l’Allemagne (n°3) et l’Espagne (n°4) réunis. Et autant que la totalité du reste de la planète réuni.

– Des grands projets de barrage sont en projet souvent controversés. Mais une chose est sûre : c’est énorme. Le projet de barrage de Metog serait à lui seul aussi puissant que 40 réacteurs nucléaires réunis.

7/ Normes anti-pollution

Malgré tout cela, la pollution coûte 4 à 10% du PIB de la Chine. Soit 8 000 à 20 000 euros perdus chaque seconde à cause de la pollution… La Chine souffre en effet d’un gros problème : à richesse produite égale, elle consomme 3 ou 4 fois plus d’énergie qu’en Europe. 3,2 milliards de tonnes de charbon – le poids de la Tour Eiffel toutes les 1 minutes 30 – sont brûlés chaque année en Chine.

382 milliards de dollars (source) seront investis au cours des 3 prochaines années pour lutter contre la pollution, et améliorer les rendements des usines. Les objectifs :

– Economiser 300 millions de tonnes de charbon par an

– Améliorer l’efficacité énergétique du pays

Un plan similaire de 56 milliards de dollars (source) vise quant à lui à diminuer la pollution aux particules fines dans les plus grandes villes Chinoises.

Conclusion

Le développement économique extraordinaire a eu son revers avec l’explosion de la pollution en Chine. Mais a grands problèmes, grandes solutions. La Chine innove en matière de développement durable et a les moyens de ses ambitions, avec un Etat extrêmement riche et très peu endetté et ayant un fort poids politique comme vous avez pu le lire dans cet article. Pas par volonté environnementale, mais pour des raisons strictement économiques. L’environnement est devenu un énorme business en Chine, qui cherche à se positionner leader dans le domaine.

Tous ces efforts ne suffiront pas à réduire la pollution tant la Chine est boulimique au niveau énergie, mais sont un grand pas vers un monde plus durable.

Pour finir, la Chine a d’ailleurs dépassé les USA pour le nombre de brevets (526 000 l’année dernière) et commence à exporter sa technologie partout dans le monde…

Vous souhaitez en savoir plus sur la Chine et le Chinois? Je vous inviter à télécharger des vidéos (gratuites) pour apprendre le Chinois 🙂

Télécharger les vidéos (gratuitement)

You can leave a response, or trackback from your own site.

10 Responses to “Développement durable en Chine : 7 choses que vous ignorez”

  1. Samuel dit :

    Salut Martin !

    J’ai découvert ton blog il y a quelques semaines et je le trouve excellent ! Il fourmille d’infos précises et variées, je me régale.

    Où en es-tu de tes projets ? Tu comptes rester en Chine encore combien de temps ?
    As-tu le projet d’aller dans le Sichuan ? Je serais très intéressé par une petite découverte de cette superbe région par ton intermédiaire/blog 🙂

    Amicalement
    Samuel

  2. C’est certain que la pollution risque quand même de devenir un enjeu majeur pour le pays quand les gens réaliseront que leur espérance de vie va en souffrir.
    L’époque où le pays entier travaillait pour le bien commun semble révolue, les gens commencent à se préoccuper avant tout de leur petite personne et personne ne souhaite mourir prématurément…

  3. martin dit :

    @Samuel: Merci à toi. Pour la Chine, je ne sais pas encore, cela dépend de ma copine mais aussi du visa. Il se termine le 31 mars et je ne sais si je pourrai le renouveller.

    Pour le Sichuan, j’y ai pensé. Y aller ne coûte pas cher si j’accepte de passer 36 heures sur un siège dur: 20€ pour 3 000 km de train. Mais je n’ai ni l’argent pour l’avion, ni la motivation pour un long trajet en train, mais pourquoi pas à l’avenir.

    Ces prochains jours, je publierai quelques articles sur Shanghai et Suzhou. J’espère pouvoir visiter la mongolie intérieure, Harbin, Chongqin et pourquoi pas le Yunnan et le Sichuan.

    @David: En effet, mais la pollution demeure vive parfois. Sur bjair.info il y a une mesure de la pollution. Quand je suis rentré de Shanghai respirer le bouche ouverte m’a laissé un goût de charbon sur le bout de la langue. A l’heure ou je t’écris, l’air est Unhealthy (195 de pollution, deux fois plus que le seuil d’alerte à Paris) et c’est monté à 900 le week-end dernier (après unhelahty, il y a very unhealthy, hazardous et too much to be mesured) faisant un scandale en Chine, et provoquant une explosion des ventes de filtres antipollution et la fermeture de 58 usines à Beijing.

    Ceci étant, l’espérance de vie à Beijing est malgré tout aussi elevée qu’en France: environ 80 ans. etonnant non?

  4. <<<Ceci étant, l’espérance de vie à Beijing est malgré tout aussi elevée qu’en France: environ 80 ans. etonnant non?

    Je pense que c'est l'espérance de vie au jour d'aujourd'hui qu'ont les gens qui n'ont pas été soumis à de tels taux de pollution dans leur jeunesse.
    Quand on connait le retentissement en terme de mortalité de nos propres taux en Europe je trouve incroyable les taux que tu donnes.
    Un conseil, mets un masque quand tu sors… 😉
    A+

  5. martin dit :

    Tu as sans doute raison… Concrètement, un niveau de 900 de pollution, je ne sais pas ce que cela signifie (par chance, j’étais à Shanghai a ce moment la) mais 570 c’est 1 km de visibilité par ciel bleu non nuageux. Dans mon ancien logement, en journée ca allait, mais le soir, vu la demande d’électricité au charbon, respirer la bouche ouverte me laissait un petit goût de charbon en bouche. Cela reste bien moins pire que http://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_smog_de_Londres, mais les journaux commencent à comparer les pics de pollution à Beijing avec http://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_smog_de_Londres est espèrent que la pollution va changer

    Le problème, c’est que les leviers d’actions demeurent faible. Avant les JO pour réduire la pollution, c’était: fonctionnaires: pas le droit de rouler, particuliers: interdiction de rouler 50% du temps, toutes les usines fermées… mais depuis 2008 le nombre de voitures a doublées (leur nombre est désormais limité), l’interdiction de rouler n’est que d’1 jour par semaine… Les usines au charbon ferment, les usines polluantes aussi, mais la hausse de la population et de l’économie fait que ce qui est gagné ici (usines) est rattrapé la bas (voitures)

    Le masque, tout dépend de quoi tu parle. Le masque de médecin filtre les poussières mais pas les particules fines. Pour cela il faut un masque spécial que je ne me sis pas encore décidé à acheter, mais je resterai pas encore trop longtemps à Beijing, j’en ai discuté avec ma copine, 1 an de pollution je pense que l’impact sur la santé est limité mais toute une vie…

  6. forum blogs dit :

    Intéressant moi je suuivait si mao savait mais ce blog est super j’ai pas grand chose d’autre à dire je en suis jamais allé en chine

  7. martin dit :

    Si mao savait est aussi un blog que j’apprécie beaucoup mais il n’est plus remis à jour je crois n’est-ce pas?

  8. idebenone dit :

    Ainsi, figurant parmi les villes les plus polluées du monde, Pékin a multiplié les initiatives pour réduire la pollution de son air et pour que les athlètes ne soient pas gênés par cette pollution à outrance pendant la compétition.

  9. martin dit :

    C’est exactement cela : interdiction de rouler 1 jour sur 2 en voiture, usines forcees de fermer… L air n a jamais ete aussi pur a Beijing qu en aout 2008. neijing, c’est 80% des jours avec un niveau de pollution tres dangereux ou extrement dangereux, le ciel est generalement gris a cause du smog… alors qu aux jo le ciel etait toujours bleu… une facade une vitrine vis a vis du reste du monde en quelque sorte…

  10. […] Lire aussi : Développement durable en Chine : 7 choses que vous ignorez […]

Postez un commentaire