Un métier original : rabatteur de blanc à Shanghai

Au cours de mon séjour à Shanghai, j’ai eu l’opportunité de découvrir à plusieurs reprises la vie nocturne Shanghaienne, très intéressante. Il y a en effet bien plus de clubs à Shanghai qu’à Beijing, et ils sont remplis même les soirs en semaine, pas comme à Beijing… Comme me le disait un ami,

« Les Shanghaien ont de l’argent, bien plus que toi tu vas halluciner. Les blancs, on est des pauvres à Shanghai »

Les Chinois et le milieu du clubbing

Le salaire moyen était de 800 euros par mois il y a 2 ans, il doit être proche des 1 000 euros en 2012. En outre il faut savoir que :

– La vie est 2 à 3 fois moins chère à Shanghai qu’à Paris

– La Chine est un des pays les plus inégalitaires du monde.

Quand les pauvres sont très pauvres, il faut savoir qu’environ 1 famille sur 50 est millionnaire en dollars américains à Shanghai ou à Beijing. Cela fait 1 million de personnes tout de même…

En Chine, les Chinois sortent traditionnellement dans les KTV (karaoké), les boîtes de nuit sont surtout fréquentées par les laowai (étrangers), les Chinois occidentalisés ou les riches…

Les Chinois boivent énormément d’alcools en club

La majorité des Chinois riches aiment montrer leur argent et que cela se sache. Lorsque je suis allé au M2 à Shanghai, je n’ai vu aucuns blancs dans les espaces VIP mais que des Chinois… Sur une table, il y avait quoi 5 ou 6 Chinois, et 20/30 bouteilles d’alcool et de champagne. A 200 euros la bouteille, faites le compte…

A côté, la majorité des blancs font pâle figure, se contentant au mieux de boire une bière ou un cocktail, conscient du prix élevé des consommations…5 euros la bière, ce n’est pas donné…

Ouvrons la parenthèse. De la même manière, l’entreprise où ma copine travaille vend son produit phare 1 200 euros aux Chinois et 150 euros aux blancs, car certains Chinois ont plus d’argent que les blancs et un produit trop peu cher ne serait pas désiré (image du luxe). Une agence de rencontre facturait 4 000 euros la rencontre… Bref, les Chinois ont de l’argent.

Fermons la parenthèse et revenons aux boîtes de nuit

Comment attirer les riches Chinois en club ?

Les blancs en Chine sont associés à la prospérité, au luxe, à l’ouverture sur le monde (et les noirs, c’est l’inverse, mais ceci est une autre question…). J’ai déjà été invité à des meetings car montrer qu’il y a des blancs, c’est montrer qu’on est international, que ses produits sont bons, qu’on est ambitieux… A tel point que j’ai déjà vu des offres d’emploi où des entreprises paient des blancs 150 euros pour faire de la présence lors de réunion d’affaires…

Bref, pour attirer des riches Chinois en club, il faut des blancs, tout simplement.

Comment attirer des blancs en boîte?

Pour attirer des blancs, il y a deux moyens :

– Offrir des consommations gratuites aux blancs

Lors d’une soirée, des amis Chinois m’ont invité dans une boîte sélect. Le prix des boissons : 0 euros pour nous…

Payer des rabatteurs à blancs

Un ami de mon coloc est payé 50 yuans (6 euros) pour chaque blanc qu’il ramène dans la boîte de nuit pour laquelle il travaille. Il écume les auberges de jeunesse et convint un maximum de blancs de sortir en club…

Synthèse

– Les blancs sont ravis de rentrer gratuitement dans des clubs où on ne rentre que sur invitation et qui peuvent parfois avoir des consommations offertes par le club.

– Le rabatteur de blancs en boîte gagne près de 2 000 euros par mois simplement en amenant des blancs en soirée.

– Les riches Chinois sont ravis de l’aspect branché et international des boîtes où ils vont (en raison des blancs présents)

– La boîte de nuit est ravie des riches Chinois dépensant sans compter leur argent

Quand en France, les filles entrent gratuitement et ont des consos offertes (pour attirer les hommes), en Chine, le rôle de la fille est tenu par les blancs, tout simplement.

Cet article est désormais terminé. J’espère qu’il vous a plu et à bientôt sur unfrancaisapekin.com

 

You can leave a response, or trackback from your own site.

One Response to “Un métier original : rabatteur de blanc à Shanghai”

  1. Stéphane dit :

    étonné de voir cette article. J’ai vu un truc à peu près similaire, c’était une boite de nuit connue à Tokyo pour ces célébrités blanches qu’il faisaient venir. Dans le carrée VIP, tu n’avais que des blanches et des européens ou des riches Jap.

Répondez au commentaire de Stéphane