Trouver un job à Beijing

En allant à Beijing, le but était multiple : échapper au modèle tout tracé de « métro/boulot/dodo », vivre une aventure (blogueur voyageur), apprendre le chinois et développer mes affaires Internet. A la base j’étais moyennement motivé pour travailler en Chine, mais j’ai malgré tout cherché pour voir.

Il faut savoir qu’il est très facile de trouver un job en Chine. En 3 jours, j’ai eu plus de réponses positives qu’en 3 mois de recherche en France. Il faut dire qu’il y a peu de gens qui parlent anglais en Chine. Donc il est très facile de trouver un boulot dans l’enseignement (anglais ou français) ou dans un grand groupe.

Mon visa ne m’autorise qu’à faire un stage. Voici les différents entretiens d’embauche que j’ai eu (merci au site The Beijinger) et mes opportunités

–  Business Manager dans une société de pompes hydrauliques. Paie : 2000-3000¥ (257 à 386 euros par mois). On m’a accepté, j’ai refusé. Même à Beijing, un salaire si bas ne permet pas de vivre, et ne permet pas de me motiver par rapport à mes revenus Internet existant.

 

–  Marketing web pour une société de rencontre. Une rémunération de 6000¥ + commission – ou 10 000¥ à long terme en fixe – soit 770 à 1290 euros par mois. J’ai un entretien le 19.

 

–  Community Manager dans une boîte éditant des jeux pour smartphones. On m’a gracieusement proposé 500¥ (64€) par mois. Deux fois moins que le salaire minimum à Beijing, et largement insuffisant pour vivre (loyer de ma chambre, partagé avec ma copine : 1300¥ chacun). Ce sera non.

 

–  Marketing dans une société de média. J’ai un entretien demain. On verra bien.

 

En dehors de ces offres, j’ai postulé pour des offres d’enseignement – pour 150¥ (19 euros) de l’heure. On verra ce que ça donne. J’ai parlé avant-hier 500 mots de français (dont la moitié que je ne connaissais pas) pour un éditeur de logiciels de langues, et ai trouvé une possibilité de baby sitting bien payé, pour garder des enfants le soir, la nuit et le matin avant d’aller à l’école. Seul problème : ce job ne dure qu’une semaine.

Cet article est désormais terminé. Pour plus de conseils pour réussir votre expatriation en Chine, je vous invite à lire mon livre Partir à Beijing: mode d’emploi

En savoir plus sur mon livre

You can leave a response, or trackback from your own site.

3 Responses to “Trouver un job à Beijing”

  1. Hé bin ! Si tu en trouves un ou deux qui veuille bosser pour 64€ par mois, envoie les moi Martin, je suis preneur ! 😉
    Sans rire comment expliquer l’écart de prix entre un 19€ de l’heure que je trouve du coup prohibitif et ça ?

  2. martin dit :

    Lol David. En fait, comme je suis stagiaire et qu’ils promettent un emploi à la clé, j’imagine que certains sont prêt à tout pour un job par la suite ou une ligne dans le CV.

    Quand au 19€ de l’heure, à la base ils proposaient 12 mais j’ai négocié à 19, et c’est un boulot qui nécessitait d’être un français natif. La loi de l’offre et de la demande dans ce cas là penche largement en ma faveur.

    Enfin il faut relativiser le prix: 1 heure de travail certes mais 1h30 de métro pour l’aller et le retour… En réalité, ils proposaient donc 12€ pour 2h30 et j’ai négocié à 19.

  3. Le developpement des echanges sur Internet et l’avenement des medias dits  » sociaux  » community manager ont profondement modifie la maniere qu’avaient les societes de communiquer . Les recommandations , les echanges , les discussions , les opinions ne se situent plus au echelon local et physique . 200 millions de blogs online , plus d’un milliard de personnes membres sur Facebook , 77% de francais inscrits sur un reseau social , 91% d’acheteurs qui declarent que l’avis des clients est primordial dans leur decision d’achat , 20 millions de francais sur Facebook , 1 milliard de videos consultees quotidiennement sur Youtube , etc? Les medias sociaux font des lors parties integrantes de notre vie quotidienne . Comment en consequence en tirer le meilleur parti ? L’integration des medias sociaux au sein de les strategies de communications est aujourd’hui devenu une necessite afin de les marques et les agences presentes sur le net . L’utilisation de ces nouveaux canaux doit permettre d’atteindre un grand nombre objectifs : – Le recrutement de nouveaux clients – L’amelioration de l’image de marque – La fidelisation des clients existants – Le controle des valeurs de la marque a l’interieur de les discussions – Permettre l’innovation des produits et/ou services grace a ces memes discussions . L’emergence de ces services et de ce que l’on a appele le Web 2 . 0 ( le web genere par les utilisateurs ) a creee la notion de  » communautes » . Aujourd’hui , chaque service , tout produit present sur le net , a sa propre communaute qui discute et echange . Ne pas etre capable de mettre en oeuvre les relais d’opinions et les espaces d’echanges , c’est etre present malgre soi et ne pas controler sa communication . Etre en mesure de developper efficacement une strategie efficace de presence pertinente sur les reseaux sociaux , c’est s’assurer l’adhesion des personnes membres de la groupe et leur soutien . en ce qui concerne , il faut leur fournir les bons outils , et les bons contenus . Dans l’univers du Community Management en s’appuyant sur presque dix annees , j’interviens aujourd’hui en Community manager Freelance sur les problematiques suivantes : – Ecoute et veille strategique . – Conseils strategiques . – Recommandations / Social Media PLanning . – Conception des dispositifs . – Production des contenus textuels , prises de vue photographique , videos et musicaux . – Animation des communautes . – Promotion et recrutement . – Analyse et mesure d’audience , reporting .

Répondez au commentaire de martin